Conférence des Lions de la Madeleine

I Journée internationale de l'éducation et de la marionnette 2008
CONFÉRENCE LIONS MADELEINE 
La marionnette peut-elle aider à l'intégration des enfants et adolescents étrangers à l'école ?

Les chemins de ma vie

Je ne sais pas qui a dit : « Les routes n'existent pas. Vous les fabriquez en marchant !
Boîte
être à cause de Compostelle je me souviens de cette phrase. Quand je pars
se lancer dans cette grande aventure « Marionnette et Thérapie », ils existaient déjà
quelques axes majeurs qui avaient été tracés par des psychanalystes qui
l'opportunité d'utiliser la marionnette dans le domaine était envisagée
thérapie et, dans notre association, nous nous sommes inspirés du travail
de Madeleine Lambert. Vous n'êtes peut-être pas le premier à utiliser
marionnette pour débloquer certains enfants traumatisés, mais à ma connaissance
elle a été la première à publier ses expériences. je ne parlerai plus
d'elle, puisque Teia Moner l'a expliqué dans un tableau historique du
votre site Web sur Internet.
Par
moi, ma première référence a été George Sand et aussi Lemercier
de Neuville. Les deux ont d'abord commencé à utiliser les marionnettes
pour amuser leurs enfants malades. Mais ils sont restés coincés dans le jeu.
C'est ce qui m'intéressait chez ces deux personnages, l'avantage
pour vos enfants. Maurice, le fils de George Sand, avait pour
mère - et elle pour lui - sentiments étranges. George, la dominatrice, non
laissant la place au père biologique de Maurice. Tous ces messieurs
talentueux qui ont tour à tour partagé l'intimité de leur mère, la
ils souffraient terriblement.
Il
il était lâche, passif, plein de possibilités inexploitées. Par Lemercier
de Neuville, était plus simple, mais peut-être plus pénible, bien qu'il ne soit pas
peut calculer la souffrance! Son fils était physicien et mourait. je ne sais pas si
il a survécu, mais son père est devenu l'un de nos plus
grands marionnettistes du XIXe siècle, un « marionnettiste de salon » ridicule
sans arrêter la politique de son temps.
En pensant
en eux, je me demande comment les parents doivent faire pour aborder le
handicap de leurs enfants ?. Personne n'est prêt. Comment faire? La
la lutte est constante et souvent sans résultats tangibles. Jacqueline
Rochette a pensé aider sa dernière fille née trisomique.
Par
mon groupe, en raison de mon hospitalisation après un
accident de la circulation, je connaissais l'étendue des besoins des enfants
ayant un handicap physique ou traumatique avec des conditions de vie
insupportable.
Presque
repaire, j'ai commencé à faire des spectacles de marionnettes dans
hôpitaux pour divertir les enfants et leur faire oublier un instant les
ses souffrances et, comme George Sand et Lemercier de Neuville, « je vais
restez dans le jeu ”!
Rapidement,
J'ai remarqué que s'il y avait déjà quelques gros axes bien posés, il y avait
il y avait aussi la possibilité, à pied, de les retracer encore
ignoré. Il reste encore de nombreux chemins à découvrir, des routes qui ont
pour se développer et devenir sûr. Mais attention, il ne faut pas y croire
les autoroutes qui vont trop vite et qui traversent les grands axes
sans nous montrer aucune des beautés simples et primordiales de la
la nature.
Salut
il existe de nombreux articles publiés et des rapports d'expériences sérieuses qui sont
ils peuvent prendre comme référence. Pour partir sur de grandes routes, il faut
apportez de bonnes chaussures et un bon bâton de marche. C'est-à-dire : en avoir un
solide formation de base en médiation et en thérapie. Un pianiste
il peut improviser s'il a acquis et assimilé toutes les bases
l'essentiel du solfège. C'est quitter la route goudronnée pour
parcourir les chemins les plus caillouteux. Aventure pour les plus petits
les sentiers. Sentir qu'il est possible d'utiliser le
marionnette comme médiateur thérapeutique dans un domaine où elle n'a pas été utilisée
encore, ou dans un domaine qui nous est inconnu, est d'ouvrir un chemin pour
d'autres profitent de cette découverte.
Il
chemin est fait dans la forêt. Chacun trace son propre chemin, mais c'est
une boussole est nécessaire pour ne pas se perdre. Attention péril ! Ne pas mettre
un autre en danger. Attention à ne pas vous perdre. Savoir prendre du recul,
demandez de l'aide, revenez sur la bonne voie si vous rencontrez quelqu'un qui sait où vous êtes.
Prenez note et faites des marques comme sinon la forêt le fait
faire prévaloir leurs droits et le chemin est effacé. Nous enquêtons et non
randonnée. Sur les routes, les rencontres se font souvent ; de mon côté,
J'ai trouvé la marionnette. Après l'arrivée du cinéma et la
télévision, la marionnette a connu un véritable déclin.
Après
d'un jeu pour enfants, il s'est transformé en matériel pédagogique pour
aux enseignants des classes de maternelle ou de lycée (CP).
Utilisée comme médiation, la marionnette apporte son support pour créer un
espace ludique où l'apprentissage est facilité. Aider le
socialisation et de sortir de situations difficiles, comme la séparation des
génial. Les enfants parlent et disent avec une marionnette ; c'est pourquoi
Madeleine Rambert l'utilisa en 1938 en psychiatrie comme moyen de psychiatrie
transfert car il a facilité l'expression, donnant lieu à la
sensations de l'inconscient.
Dans
dans les années cinquante, la marionnette connaît une renaissance. La marionnette
il a dû jouer un rôle souvent important pendant la guerre, les anciens
des scouts l'ont initiée aux "stalags". Libérés, certains partent
devenir des marionnettistes professionnels. On a tendance à oublier celui-ci
Fini. Grâce aux mouvements scouts, Jacques Félix a pu former le
société de la Petits comédiens en tissu et organiser la
premier festival international à Charleville-Mézières qui est arrivé à
être aux marionnettes ce que le Festival d'Avignon au théâtre. Est-ce comme ça
en tant qu'adultes ont trouvé un intérêt pour les spectacles de marionnettes.
Il
Dr. Rojas Bermúdez a été un pionnier dans l'utilisation du théâtre de
marionnettes en psychiatrie adulte. Associé au psychodrame, il va
apporter une aide précieuse dans l'établissement de relations privilégiées avec
des patients psychopathes hospitalisés depuis longtemps et qui perdent tout
notion de socialisation. Ayant vécu longtemps dans
L'Argentine, est revenue en Espagne où elle a créé une école à Séville
du psychodrame et des marionnettes. Dr. Ernesto Fonseca, son élève, va
en créer un à Barcelone. En France, dans les années 70, ils ont été créés
ateliers thérapeutiques dans différents hôpitaux psychiatriques. Dr. Jean
Garrabé et son équipe ont été les premiers à écrire un livre sur
leur pratique.
Colette
Duflot, dans son livre "DES marionnettes pour li dire", parlait
des cas cliniques retrouvés dans l'atelier thérapeutique de son hôpital
Mayenne (53). Jean Garrabé et Colette Duflot sont à l'origine de la création
de "Marionnettes et Thérapie". Ses deux ateliers étaient des « ateliers
fermé ". Ils étaient essentiellement thérapeutiques, c'étaient des lieux de soins et ils n'étaient pas
ils n'ont rien montré. A l'hôpital Bélair, Charleville-Mézières (08) et à
l'hôpital de Saint-Égrève (près de Grenoble, 38), les ateliers
ils se terminent par un spectacle. Le but de ces ateliers est
socialiser. Gardez à l'esprit qu'ils sont encouragés par les ergothérapeutes.
Ces exemples placent bien les différents rôles de la marionnette dans différents
situations.
Par
chez les prisonniers de guerre, la marionnette a joué un vrai rôle
cathartique : pouvoir rire aux dépens de l'ennemi ; diffuser l'information aux
son dos.
Pour Rojas Bermúdez, il réhumanise des patients fossilisés dans leur psychose.
Par
à Jean Garrabé et Colette Duflot, soignent et servent de travail d'analyse.
Pour François Renaud, de CH Bélair, et Juan-Louis Torre-Quadrada,
du CH de Saint-Égrève, ont des effets thérapeutiques facilitant la
socialisation.
Elles sont
voici quelques exemples pour montrer que le théâtre de marionnettes peut
s'adapter à différentes situations à condition de bien préciser quand
va-t-il être utilisé ? Pour qui? Car? Comment? Le doit être bien structuré
image et cadre, et le thérapeute ou l'éducateur n'a pas à improviser autrement
sont formés à ces fonctions.
Dans
à ma façon, je devais faire des ateliers avec des objectifs
thérapeutique. C'était à moi de m'engager d'une manière qui n'était pas moi
familier. J'ai vite compris l'importance d'en acquérir un
bonne formation et encadrement. Quand je fais des ateliers pour enfants ou
adultes handicapés physiques ou souffrant de maladies du développement telles que
myopathie, j'étudie ces différentes maladies pour comprendre
processus d'évolution.
Oui
J'ai pu faire des ateliers pédagogiques, c'est pour ça que j'ai eu la pratique
de travailler avec des adolescents par d'autres médiations (atelier
d'émaux sur cuivre dans une M.JC - Maison de la Jeunesse et de la Culture).
Je pense que la plus haute qualité pour un thérapeute ou un éducateur est la
surveillance. Même avec beaucoup d'expérience, personne n'est exempt de
surprises ! Je dois dire que j'en avais quand je faisais des ateliers
avec des marionnettes pour l'éducation nationale.
Je vais
avoir à former des enseignants à l'utilisation du théâtre de marionnettes
le cadre de leur formation dans les écoles normales et plus tard dans
l'IOFM, tant en France métropolitaine qu'en Martinique ou dans les
Réunion. Cela m'a permis d'avoir l'opportunité d'introduire le théâtre
des marionnettes dans l'enseignement des élèves préparant un BEP
« Santé et social », dans le cadre du projet d'animation PAE
éducatif). Ces PAE ont été prolongés dans une école de 1985 à 1992.
En 1992, il n'est plus disponible et trois réalisateurs se succèdent
en raison d'un suicide, d'une dépression et d'une demande de changement
stage. Rien n'était facile avec ces ados, mais c'était tout
possible à condition de s'impliquer personnellement et de leur faire gagner
confiance.
Actuellement
Je passe le relais à ma petite-fille Delphine. Je l'ai commencé au théâtre
d'ombres. Il l'a utilisé avec des adolescents âgés de 17 à 19 ans tout en
elle était leur moniteur, quelques années plus âgée qu'eux. Il l'a eu
les intéresser même si la seule chose importante pour eux était les vidéos
Jeux. Pendant votre année de stage, après avoir
surpassé l'aide de l'IOFM, travaillé pendant trois semaines avec
une classe de maternelle. Ces enfants ont eu beaucoup de joie et
surpris d'apprendre qu'ils possédaient tous une ombre qui les suit ou qui
précède toujours. C'est un grand bonheur pour moi de voir ça
J'ai pu transmettre une partie de mes connaissances à ma petite-fille; a
une longue route à faire, mais elle suit un joli chemin balayé.
Barcelone
il ne m'est pas inconnu. Je l'ai découvert et j'ai tout de suite aimé
quand je suis venu participer au festival Caldes de Montbui.
Silvia Bierkens, qui a créé l'association espagnole "Marioneta i
Thérapie « suivi en France toutes les périodes de pratique de »
Marionnette et thérapie ». Il a travaillé avec moi dans des ateliers thérapeutiques avec
jeunes adultes autistes et psychopathes. J'ai une grande admiration pour Jordi
Bertran ; nous avons été surpris de nous retrouver à Curitiba, au Brésil. Salut
il existe aussi une association « Marionnette et Thérapie-Brésil » à Curitiba.
Je suis
admiré pour le travail réalisé par Teia Moner. C'est un excellent travail !
Mais aussi un travail très sérieux qui repose sur des bases solides.
Je constate que la Catalogne est aujourd'hui à la pointe de la recherche, pour
qui concerne le théâtre de marionnettes dans les écoles primaires et maternelles.
L'École de psychodrame et de sociométrie de Catalogne, ainsi que celle de
Séville, montre l'énergie qui la transporte. Cela me rend très heureux parce que,
actuellement en France j'ai l'impression qu'on ne bouge pas beaucoup.

Travail à l'école publique

Dans
dans le cadre de « Marionnette et Thérapie », j'ai souvent travaillé sur
l'école publique. D'une part, j'ai été impliqué pendant plusieurs années dans
les académies de Créteil, La Rochelle, Laval, Nantes, Orléans,
Perpignan, Reims, Tours, Saint-Denis de la Réunion, Fort-de-France dans le
formation de rééducateurs et j'ai eu la chance de travailler avec M.
Yves de La Monneraye et Ivan Darrault-Harris, auteurs d'ouvrages marquants
que nous citons souvent dans nos interventions. D'autre part, je vais
animer à Tours en l'an 1991 une rencontre nationale qui regroupait en
vingt-cinq personnalités venues de toutes les régions de France. je
toujours à la demande de l'école publique, j'ai donné des conférences sur
conscience de l'intérêt de l'utilisation du théâtre de
des marionnettes pour aider les élèves en difficulté scolaire et leur montrer
différents impacts médiatiques de la marionnette.

En 1982, l'un de ces
cours donnés à l'École Normale de Saint-Denis (93) ont conduit à
une longue collaboration. J'ai ensuite travaillé plusieurs années chez
un LIP (institut de formation professionnelle) en région parisienne où,
dans le cadre d'un PAI (projet d'animation pédagogique) des étudiants de
"Santé et social" a représenté avec succès Hamlet.
pendant quatre ans, de 1992 à 1995, quatre professeurs de l'académie
d'Orléans (45) a participé avec moi et un groupe franco-allemand à une
recherche sur « le théâtre de marionnettes comme champ d'expérience
interculturel », cela s'est fait dans le cadre de l'OFAJ (office
franco-germanique pour la jeunesse) avec la double participation de
le HILF (Hessian Institute for Continuing Education) à Weilburg et
Marionnette et Thérapie » à Marly-li-Roi (78).

Avant de continuer, je dois
souvenez-vous du nom de Lazarine Bergeret, un professeur dont j'ai eu la joie
trouver quand j'ai commencé à découvrir la marionnette et ses multiples
aspects. Lazarine Bergeret, et sa mère avant elle, étaient
parmi les premiers à utiliser la marionnette comme matériau
pédagogique en France en maternelle. Lazarine Bergeret va vers moi
raconter de nombreuses aventures arrivées à son célèbre personnage M.
Berlingot.


Il
la marionnette était connue à l'école maternelle de Varenne (94) - paradoxalement
J'habite tout près de là - puis puis à l'école des White Coats
où Lazarine Bergeret a terminé sa carrière d'enseignante. M.
Berlingot, repose désormais au Musée pédagogique de la rue d'Ulm.
Lazarine et sa mère lui ont offert un grand nombre de marionnettes
Musée.

Cette conférence tenue en 1982 eut des prolongements et
grâce à elle j'ai trouvé un couple d'enseignants très attachés à
son métier. Tous deux sont professeurs des Beaux-Arts dans le même
institut de formation professionnelle (LIP). Cette école est située à
la banlieue nord-est de Paris, dans un lieu à risque, si l'on peut dire.
Quand, dans le milieu universitaire, on parle de ces LIP, on dirait qu'ils sont invoqués dans
Attila ! .Eh bien, dans ce LIP, j'aurais beaucoup de joie. Et si je pars
ayant parfois des difficultés à cet endroit, la plupart étaient dues
aux professeurs qui n'aimaient pas les marionnettes ou qui avaient mauvaise mine
yeux sur certains de ses anciens - considérés comme des ânes entiers -
qui étaient intéressés par une activité et qui progressaient à l'école
surprenant en raison d'un déverrouillage.

Varem
décider en accord avec le directeur de consacrer chaque vendredi après-midi (4
heures) dans les marionnettes, accompagné de trois professeurs : un professeur de
français, celui de la santé et du social et celui des arts plastiques. Le professeur de
sanitaire et social c'était aussi parce que c'était une classe qui
préparait un PIF « Santé et Social ». Ces étudiants ont
les stages qu'ils doivent effectuer au cours de leur année scolaire, ou
dans les jardins d'enfants, ou dans les jardins d'enfants, ou au domicile des jeunes travailleurs
ou dans des maisons de retraite.

En fait, ces étudiants vont là où ils sont acceptés
et le dossier et l'évaluation du directeur de l'endroit où ils vont sont beaucoup
important d'approuver votre BIP. Dès le premier jour, les élèves
ils se sont passionnés pour cette activité. Inutile de dire que le
collège avait bien fait les choses. Au cours de la première semaine, les élèves
ils ont suivi "une période complète de pratique de la marionnette".
Téléchargé à partir de tout autre sujet, tout au long de ce
semaine, ils ont chacun construit une marionnette à leur façon (pas de thème
initial). La marionnette a reçu un nom et placée dans un
Scénario réalisé par les élèves. Les marionnettes ont été choisies au hasard, par
il y avait tellement de situations différentes pour chaque personnage.

Celui-là
classe privilégiée, douze élèves, mais de nationalités
différents : Algérie, Antilles, Madagascar, Maroc, Pologne,
Portugal, Tunis, Turquie. De différentes religions : animiste, athée,
catholique, juif, musulman, protestant. Ce groupe a formé une équipe
compact. Ils ont tous passé leur BIP que j'avais récemment
des nouvelles de l'un d'eux ; elle est aujourd'hui directrice d'un centre de loisirs et dans son
centre la marionnette a une place privilégiée. Des histoires écrites par
ces dames étaient étonnamment sensées. Nous ne le critiquons jamais
son travail, nous avons eu la plus grande compréhension possible. Ils ont accepté
sans dire ni tweeter faire tous les exercices : mime, masques, manipulation de
deux types de marionnettes, à gant et marota. Nous les avons emmenés dans plusieurs musées sur
Samedi : Musée ATP, Mode, Louvre, Musée Kwok On.
Nous les avons emmenés voir des spectacles de marionnettes. Ce n'était pas toujours facile
organiser ces après-midi. Il fallait convaincre les parents pourquoi
donner une autorisation écrite et signée, et trouver les voitures pour
accompagner ces étudiants dans leurs banlieues reculées. Mais le
les parents, même les plus grincheux, ont compris. Certains vont
venir aux spectacles, nous avons pu les rencontrer. A la fin du cours, avec
le BIP terminé, nous avons été invités par toutes les familles. Varem
avoir des repas pantagruéliques de cuisines typiques. C'était très dur
séparé. Ces alumni reviennent régulièrement au LIP a
voir ses anciens professeurs d'art. Ils m'écrivent toujours.
Renforcé
fort de cette première expérience, nous avons décidé l'année suivante
représentent Ubu. Nous avions vu Ubu de Massimo Schuster, fait avec des éléments
de Meccano… Le prof de français voulait à tout prix
représentent Ubu. J'étais content, j'aime beaucoup Jarry et Ubu est une pièce
fantastique. Cette fois, nous voulions faire de très grandes marionnettes,
manipulé par deux personnes. Pendant une semaine, les étudiants partent
faire les têtes des marionnettes, après avoir lu le texte et
ayant étudié les caractères de chacun. Manipuler deux tels
de marionnette n'a pas de secrets mais il a fallu former les manipulateurs.
Ce n'est pas aussi simple qu'il y paraît car cette manipulation a un côté
intime évident. On travaille beaucoup sur le corps de l'autre, en tant qu'assistant et
pas comme un objet de désir sexuel. Cette année, nous avons eu deux garçons et seize
les filles. Comme l'année précédente, nous avons eu un grand nombre d'ethnies différentes, et
aussi d'autres problèmes dus au fait qu'il y avait deux garçons et l'autre
de côté la tendance d'un enseignant à se comparer à des étudiants brillants
de l'année précédente.
Il
professeur de santé et social allait être le lien pour permettre
réaliser l'expérience en troisième année (1986-1987). En d'autres termes c'est-à-dire
représentent Hamlet. Depuis cette année, nous avions travaillé avec un autre
LIP, situé à… N, qui avait un sujet de préparation pour
le métier de tailleur de théâtre. La mère de notre professeur de santé et
social était le professeur titulaire de cette matière. Je ne pense pas
il y a eu d'autres travaux de ce genre en France. Deux LIP qui
ils travaillent sur un PAI commun ! Les étudiants se rencontraient parfois dans
une école, parfois dans une autre. Ils se sont disputés
pour la confection des costumes d'Hamlet, souhaitant que tous restent
parfait. Ils sont allés acheter les tissus au marché de San Pedro. Vont
attraper les boîtes à couture des mères ou des grands-mères pour avoir
belles pointes, tresses, boutons. Rien n'était trop beau pour celui-ci
Spectacle du Hameau. Car?
Ce
année, la rentrée a eu lieu le 5 septembre et ce jour-là,
chaque élève a eu la surprise de recevoir un livre de pièces de
Shakespeare et découvrir qu'ils représenteraient Hamlet avec des marionnettes.
Pourquoi le choix d'Hamlet ? L'année d'avant nous avions pris le cours pour voir
le spectacle Macbeth de Massimo Schuster. Et pendant la fête de
Montréal avait vu l'émission yougoslave Hamlet (je ne me souviens pas en avoir
tellement ri dans ma vie). Ce qui est intéressant avec Hamlet, c'est qu'il est là
a spectacle dans le spectacle. Le professeur de français était
impatients de voir comment nous allions sortir d'un projet aussi ambitieux. La
la moitié de l'académie était enthousiaste et l'autre moitié, sceptique. La
Les élèves ont été choqués par ce choix. Ils se sentaient valorisés. Em
ils ont dit : « Vous nous donnez confiance. Vous voyez, tout sera parfait ! ”
Virginie
être très dur ! Je ne sais pas si j'aurais l'énergie de refaire ce travail. Mais
c'est vrai que ce fut une réussite. Trois classes ont travaillé sur celui-ci
projet : une classe de mécaniciens, de dix-huit jeunes étudiants, construit
le paysage; une classe de tailleurs de théâtre de douze étudiantes
et un nouveau; une classe sanitaire et sociale, vingt-deux étudiantes, et
trois garçons.

Ces trois gars étaient très différents. K…, très lumineux,
mais on s'est vite rendu compte que je ne savais pas lire ! Au début de la
CP, balbutia et dit qu'il voulait être Hamlet. Les filles vont
huer. Dur dur! Il est devenu dégoûté, puis est devenu
celui chargé des accessoires, et le conseiller municipal. Il a trouvé sa place, unique et
digne, cela lui convenait. J…, réservé et quec. Il a joué le rôle
d'ambassadeur. Il devait se produire en duo avec une jeune fille qui faisait le deuxième
ambassadeur. On voulait les voir jouer ces rôles un peu comme les
Dupont-Dupond. Ils étaient tous les deux si timides et aveugles. Un jour, F… m'a dit : "Je démissionne,
je n'y arriverai jamais ! Aussi ma grand-mère (West Indies) m'a dit
que le jour de ma naissance un mauvais génie m'avait jeté le mal
d'oeil. ”
Un peu confus en entendant cela, je ne sais pas pourquoi
inspiration, j'ai soufflé sur lui en lui disant que j'expulsais le mauvais œil.
Miracle, cela a fonctionné ! F… changé. Elle est devenue très drôle.
Assez pour avoir confiance en elle et en nous trois
les ambassadeurs ont bien travaillé.

Par
contre j'ai pris un ennemi. Une fille avait fait la tête de
Hamlet, très bien fait, je dois dire. Je voulais jouer le rôle. Je voulais être
l'étoile. Or le jour de la répétition générale, il n'est pas venu. Sans pour autant
des excuses. Cela a eu une conséquence. La jeune fille qui jouait le rôle
main a violé les règles sacrées du théâtre : il manquait
volontairement le jour de la répétition générale. Puis j'ai demandé à un
jeune fille très discrète, qui avait un rôle secondaire en raison de la
sa timidité, jouant le rôle d'Hamlet. Il avait remarqué qu'il le savait et
qui avait parfois soufflé le texte loin du protagoniste. C'était un succès.

Le lendemain, scandale ! La star est venue et a découvert
que j'ai donné son rôle à un autre. Ne prend pas en charge le remplacement
il m'a dit : « Le spectacle ne se fera pas. C'est une injustice. Mon
des camarades vont frapper. »

Il n'a pas atteint son objectif ! Ils vont tous
comprendre qu'il n'y avait pas d'injustice et qu'il avait ce qu'on cherchait.
Ces adolescents étaient fiers de travailler avec un texte aussi dur.
Cette année, en FR 3, ils ont donné, le samedi après-midi,
émissions de pièces de Shakespeare en anglais, sous-titrées en
Français. Des parents stupides regardaient les enfants regarder ces
spectacles. Lundi, ils en ont discuté entre eux,
ils ont demandé des explications aux professeurs. Certains ont fait le déplacement
Stratford. Ils sont restés fidèles au théâtre pour toujours.

Concernant la marionnette,
ils versent souvent des larmes aux yeux quand ils parlent ou quand ils se souviennent
l'école « voir le L… », ses anciens professeurs des Beaux-Arts.
Ils ont quitté l'école il y a de nombreuses années.

Nous
Je dirais : "Tout ce travail pour le représenter quatre ou cinq fois !"
Oui, mais QUELLES HEURES ! Comme l'a dit Colette Duflot, nous avons travaillé
de vrais pédagogues comme nous leur avons fait connaître un autre
moyen d'acquérir les connaissances indispensables et surtout pour
avoir plus confiance en eux. En 1990, nous avons repris le
travailler avec douze étudiants, sur le surréalisme… C'était incroyable.
Ils avaient trouvé une nouvelle arme : le revolver qui donne la vie ! Mais le
mon emploi du temps ne me permettait plus d'être disponible tous les vendredis, et
J'ai passé le relais à Dominica Apertización, marionnettiste de formation
en thérapie
Madeleine LIONS.
Madeleine
Lions est président de la Puppet and Therapy Association » de
France, je de FIMS (Fédération Internationale de la Marionnette pour la
Santé)

 

Laisser un commentaire

fr_FRFR