Émotions et marionnettes, Conférence internationale à Barcelone


Un article sur la journée dans le magazine numérique: www.putxinelli.catEmotions and Puppets, Conférence internationale à Barcelone


Il s'est tenu le jeudi 28 juin 2012 le III Conférence internationale sur l'éducation et les marionnettes qui organisel'Institut des sciences de l'éducation (IEC) de
l'Université de Barcelone, sous le commandement du marionnettiste je
l'activiste culturelle Teia Monner, véritable âme de ces jours qui
ils sont célébrés depuis six ans. L'idée de la rencontre est de se réunir
en une seule journée toute une série d'expériences présentées par des spécialistes,
présentations qui ont lieu le matin, tandis que l'après-midi il y a
des séances pratiques avec des ateliers donnés par certains des intervenants et un
spectacle de marionnettes, cette fois par le groupe vétéran Puppets
Babi.
Richard Bouchard

Intervention de Richard Bouchard. Photo de Teia Monner.
Il a
pour dire que parler à Barcelone de l'éducation et des marionnettes, un sujet qui
sous d'autres latitudes, il est aussi souvent associé aux marionnettes et à la thérapie, il est
quelque chose de nouveau, malgré la longue expérience que les enseignants locaux
avoir dans l'utilisation des marionnettes. Nouveau surtout parce que le jour
vise à réfléchir et à mettre sur la table les pratiques les plus avancées 
de cette utilisation des marionnettes, à la recherche d'une systématisation et d'une rigueur
qui ne peut venir de l'expérience que lorsque celle-ci est contrastée par
ans et par la connaissance accumulée des échanges internationaux sur le
sujet. Il y a, en particulier, l'association «Marionnette et thérapie"
qui fonctionne depuis 1978 et n'a pas cessé de fonctionner depuis
dans ce domaine, développer tout un langage et un corpus théorique 
absolument exceptionnel.
le
Les marionnettistes professionnels ont toujours considéré cette spécialité comme une
annexe latérale de la profession. Mais quand tu te rapproche de leur réalité
et vous entrez dans les expositions et débats qui y sont générés, on se rend compte
de la façon dont ses pratiques évoluent dans les espaces les plus intimes du théâtre
des Marionnettes, c'est-à-dire, où il est parlé des thématiques du Double,
des dualités et des mécanismes de projection qui sont toujours
animation d'un objet ou d'une marionnette. Des thèmes qui sont également
sont posés et expérimentés à partir des noyaux psychologiques les plus profonds de
la personne. C'est-à-dire en contact intime avec l'essentialité perceptive
de la psyché humaine, loin d'être esthétique et purement théorique
académique. La pratique et l'expérience en sont les pierres
activité qui s'adresse également aux futurs praticiens, comme le
enseignants ou psychologues. Je dois avouer que j'ai été impressionné
par les histoires de la plupart des orateurs, étonnés de la façon dont ils jouaient
les essences de notre métier, transfert de phénomènes
projectives et splits, base du théâtre de marionnettes, en pratique
pédagogique et thérapeutique.
Virginie
ouvrir la journée un parlement du marionnettiste et spécialiste de tous
ces questions, l'âme de la Réunion, Teia Moner, qui était en charge de
présenter le thème général de la rencontre, les émotions et les marionnettes, ainsi que
comme les différentes présentations à faire le matin et les activités
prévu dans l'après-midi.
Élie
López-Cassà, enseignant, psychopédagogique et docteur en sciences de l'éducation et
membre du Groupe de Recherche en Orientation Psychopédagogique (GROP), du
Université de Barcelone (UB), était chargée de localiser le
marionnettes et émotions thématiques d'un point de vue théorique et en même temps
entraine toi. Après avoir défini ce qu'est une émotion, elle se déchaînait
ses différents types pour pouvoir nous placer dans cette complexité
intérieur si riche en nuances et contrastes. Éducateurs et pédagogues
ils recherchent avant tout une gestion équilibrée des émotions, compte tenu de la grande
difficulté à les gérer, en particulier les plus négatifs et
ceux qui ont tendance à se cacher ou simplement à se projeter sur les autres, une ressource qui
il représente quatre-vingt-dix-neuf pour cent des conflits sociaux et de coexistence
entre les gens. En ce sens, l'efficacité des marionnettes réside
dans leur capacité à être des objets de projection de la nôtre
émotions plus difficiles à exprimer, celles que l'on projette habituellement à partir d'un
inconsciemment chez les autres, faisant d'eux nos ennemis ou
dans les vrais démons. Les marionnettes acceptent ces projections
inconscient et de cette façon ils finissent par sortir dans la conscience. Elles sont,
en quelque sorte, des miroirs que nous mettons en nous et qui reflètent le
coins plus sombres et cachés de la psyché. Comme vous pouvez le voir, un
utilité incontestable.
Richard Bouchard, directeur général de l'ENAM (École nationale d'apprentissage des marionnettes),
du Canada, une institution leader et unique dédiée à
les personnes psychologiquement inaptes au travail et donc exclues du
société. La particularité de l'école est qu'elle concentre sa pratique sur
le théâtre de marionnettes, avec une rigueur et un sérieux dans son utilisation
vraiment exceptionnel. Richard Brouchard a raconté l'histoire de la
institution, comme ils ont commencé avec des moyens totalement précaires en 1990
devenir le centre internationalement reconnu qu'il est maintenant. Comment
l'orateur nous a dit, l'ENAM utilise la marionnette pour casser
l'isolement des personnes souffrant de graves problèmes de santé mentale
et aidez-les ainsi à canaliser le flux des émotions qu'ils éprouvent au quotidien.
Fondamentalement, un travail d'équipe qui s'accompagne d'un suivi
individualisé et a déjà obtenu des résultats extraordinaires.
Gilbert Meyer

Intervention de Gilbert Meyer. Photo de Teia Monner.
À nous
l'orateur a expliqué qu'une étude économique des résultats obtenus
il se traduit par des économies par les institutions d'environ quatre-vingt-dix
mille euros par patient et par an, montant qui, s'il est multiplié par
nombre de patients, dépasse le coût de maintien de l'ENAM dans son
ensemble, les participants ont pu visionner des vidéos de performances
faites par des patients, où vous pouvez voir comment le costume et la marionnette
cela a servi à extérioriser certaines émotions qui étaient autrement laissées
refoulé.
La présentation par Gilbert Meyer, marionnettiste vétéran de Strasbourg, France, de lacompagnie Tohu Bohu Théâtre,
qui depuis des années a alterné ses activités dans le monde de
le spectacle avec un travail d'assistance sociale et psychologique à travers
des marionnettes (il faut noter que Gilbert, avant d'être
marionnettiste, était une infirmière de malades mentaux). Plus précisément, nous allons
raconter ses expériences en Afrique, quand il travaillait il y a un an
avec un groupe d'enfants touchés par le virus du sida au Tchad. Les
des explications de leurs exercices et des différentes pratiques réalisées
impressionné les personnes présentes, tout en nous montrant les énormes
les possibilités dont disposent les marionnettes pour intégrer les enfants
problèmes majeurs de santé et d'exclusion sociale.
Secondes
Gilbert Meyer, travailler avec des marionnettes permet de structurer le chaos de
émotions et en même temps en élargir la palette perceptive, «tout
déclinant leurs couleurs fondamentales »ou, en d’autres termes,
redécouvrez les cinq sens. Il a expliqué la coutume répandue au Congo
de l'usage qui est fait des petits masques, qui servent à incarner
les problèmes des gens. Alors quand un enfant ou un adulte a un problème
sérieux, la communauté se rassemble et construit un masque adapté à la
problème posé. De cette manière, la personne affectée est libérée du problème,
dont le masque s'occupe à partir de ce moment. Une naïveté
très opérationnel, car Gilbert Meyer a pu voir des couvertures.
Il a également expliqué comment la marionnette est une sorte de miroir qui nous permet
entrez en nous, voyez ce qui se passe en nous, et
observez les affections (sentiments et émotions). En fait, tous les processus
les thérapeutes qui utilisent la marionnette ne recherchent que le patient
entrer en contact avec lui-même. De même, le fait d'en construire un
la marionnette oblige l'interprète à se déployer dans ce qu'il fait,
y mettre une certaine émotion. Un phénomène incarnait donc que
il nous libère du schématisme abstrait dans lequel notre société
il semble vouloir nous conduire. Cela explique pourquoi même la mort peut
se dépeignant avec une marionnette, et ce Punch finit par l'estomacner.
Taller Gilbert Meyer

Moment de l'atelier animé par Gilbert Meyer. Photo de Teia Monner.
Gilbert
Meyer nous a parlé à la fin de son discours de certains projets
histoires racontées à travers des objets visuels, inspirées de l'art
Japonais, et composé de comprimés dessinés de la manière
populaire dans certaines régions d'Afrique.
Virginie
prends la parole Teresa Forcada, une enseignante qui a travaillé
2005 à 2009 avec un groupe d'accueil sur le thème du deuil migratoire, un
une école à El Prat del Llobregat. Intitulé l'espace de travail «Salle de classe i
La vie », Teresa Forcada nous a tous enchantés en nous racontant une
une extrême concision et une histoire aussi transparente qu'honnête, sa
expérience avec un groupe de jeunes venus de différents pays et qui
ils ont vécu le «deuil» d'avoir quitté leur famille, leurs amis et leur environnement social
complexe et affectif. Le travail s'est concentré sur les marionnettes, pour
qu'ils ont eu l'aide d'un marionnettiste professionnel
venant de Colombie. Une expérience d'une humanité profonde qui va
révèlent la singularité, la rigueur et l'efficacité d'un travail réalisé à partir de
tête et des émotions.
Taller Richard Bouchard

Moment de l'atelier enseigné par Richard Bouchard. Photo de Teia Monner.
UNE
puis Jonathan Sanchez nous a présenté un spectacle théâtral et divertissant
article sur la peur, qu'il a intitulé: «Tout le monde a peur. Et quoi?".
Professeur de l'école Palau de Palau de Plegamans, Jonathan Sánchez va
décortiquez tous les éléments de la peur, en expliquant comment cela fonctionne et
finit par provoquer trois types de réponses: la fuite, la confrontation et la
Paralysie. Il nous a raconté son expérience avec les élèves de l'école, et
comme des marionnettes permettent aux peurs de s'incarner et aident ainsi à
pour les objectiver et donc les relativiser.
Montserrat
Capdevila et Teia Monner nous ont raconté leur expérience dans le
des ateliers avec des marionnettes qu'ils réalisent dans l'école où ils travaillent, avec
des images et des vidéos très révélatrices et instructives.
très intéressant de voir comment grâce aux marionnettes, un groupe d'enfants
difficile et sans aucune empathie entre eux, il a modifié son
comportement pour finir par organiser une mise en scène finale
attachant et avec un esprit de coexistence remarquable.
JE,
pour finir, et presque pressé, à cause de nous avoir dépassés
l'heure prévue, Ruth Revaliente et Marta Torrico ont exposé le
son expérience particulière dans ses ateliers de marionnettes, également d'un
grand intérêt, avec photos et photos des pratiques avec les leurs
élèves.
Titelles Babi

Performance du groupe Babi Puppets. Photo de Teia Monner.
Est
vous pouvez dire que les résultats de cette journée intense ont été extraordinaires.
La grande assistance - peut-être une cinquantaine de personnes - a pu
profitez d'une série de présentations, de pratiques et d'expériences réalisées en
contextes tous très différents les uns des autres: une matinée théorique qui va
complète avec la pratique des ateliers (par Gilbert Meyer et
Richard Bouchard), et le spectacle de l'après-midi (par le groupe Puppets
Babi). Une journée passionnante, vraiment gourmande et fructueuse en idées et
connaissances. Nous attendons avec impatience le prochain rendez-vous dans deux ans.
Tous les articles de la Conférence peuvent être trouvés prochainement sur le blog de Teia Monner:
http://titellesieducacio.blogspot.com.es/
Adjuntem
quelques photographies que Glòria Roig i Giménez nous a envoyées sur le
Jour ouvrable. Les marionnettes qui apparaissent à la fin et qui ont été utilisées pour
l'image tournante de la couverture, sont de la psychologue Alba Juanola:
Fotos Glòria Roig i Giménez
Fotos Glòria Roig i Giménez
Fotos Glòria Roig i Giménez
Fotos Glòria Roig i Giménez
Fotos Glòria Roig i Giménez
Fotos Glòria Roig i Giménez
Fotos Glòria Roig i Giménez
Fotos Glòria Roig i Giménez
avatar

Par 

Toni
Rumbau est un marionnettiste et écrivain, fondateur de la société historique La
Fanfarra de Barcelone (1976), du Théâtre Malic (1984-2002) et du
Festival d'opéra de poche et nouvelles créations (1993).
fr_FRFR